SONNETS

Traduction : Anne-Marie Quint & Maryvonne Boudoy
Editeur : Chandeigne
Nombre de pages : 112
Date de parution : 2011
Langue : bilingue
ISBN : 9782915540826
Prix :

10,00

50 en stock

Description :

45 sonnets, édition bilingue

Luís de Camões n’est pas un inconnu pour le public français. On sait qu’il est l’auteur des Lusiades, l’épopée la plus accomplie de la Renaissance, qui a pour sujet le voyage aux Indes de Vasco de Gama, et plus généralement, l’histoire du peuple portugais. Le poète a sans doute vécu de 1525 (?) à 1580, ce qui fait de lui le contemporain de Ronsard (1524-1585). Mais si le chef de la Pléiade fut reconnu de son vivant comme le « prince des poètes », il n’en fut pas ainsi pour ce dernier, qui semble avoir été poursuivi toute sa vie par la malchance.
Camões naquit après le règne glorieux de Manuel « le Fortuné ». S’il fréquenta les cercles aristocratiques de Lisbonne durant sa turbulente jeunesse, son talent littéraire n’eut qu’un succès limité. D’une campagne au Maroc, il revint borgne. Il passa 14 ans en Orient guerroyant, écrivant et connaissant d’incessants déboires. Il évoque dans Les Lusiades son naufrage à l’embouchure du Mékong, où il perdit une compagne très aimée, ainsi que tous ses biens, ne sauvant que son manuscrit. Ayant en?n regagné Lisbonne, la publication des Lusiades en 1572 ne lui valut qu’une maigre pension du roi dom Sébastien. Camões passa ses dernières années dans la gêne, avant de s’éteindre dans l’indi?érence générale le 10 juin 1580, au moment où son pays allait passer sous le joug espagnol.
Dès le XVIe siècle, la renommée de l’épopée éclipsa l’œuvre lyrique qui circulait dans des manuscrits et ne fut imprimée pour la première fois, dans une édition très imparfaite, qu’en 1595, quinze ans après la mort du poète. Les critiques actuels sont parvenus à un consensus relatif pour retenir dans les éditions successives et les recueils manuscrits les pièces qu’on peut considérer comme authentiques. Elles sont d’une extrême variété, dans la métrique comme dans l’inspiration. On y trouve nombre de poèmes traditionnels à l’exemple de ceux des poètes de cour du Chansonnier général, et des compositions dans le style italien, mis à la mode par  Garcilaso de la Vega en Espagne, par Sá de Miranda au Portugal : églogues, élégies, chansons, discours en strophes de 8 vers (les oitavas), une sextine et des sonnets qui comptent parmi les plus beaux de la langue portugaise. Si on laisse de côté les poèmes de circonstance, le thème essentiel de cette œuvre est l’amour, tantôt léger et conventionnel, tantôt douloureux et nostalgique, tantôt amer et révolté. Mais Camões développe aussi des concepts philosophiques et métaphysiques, traite des sujets religieux, glose des passages de la Bible.
Les 45 sonnets présentés ici donnent un aperçu de cette complexité. Ils sont assez variés pour laisser deviner la virtuosité, la richesse et l’intensité d’émotion de la poésie lyrique de Camões.


Et aussi...