Plainte de Maria la Noiraude + Farce d’Inês Pereira [Pranto de Maria Parda / Farsa de Inês Pereira] (Théâtre, bilingue)

Auteur :
Traduction : Paul Teyssier (Plainte de Maria la Noiraude), Bernard Martocq (Farce d’Inês Pereira)
Editeur : Librairie Portugaise – Chandeigne
Nombre de pages : 192
Date de parution : 2011
Langue : bilingue
ISBN : 9782915540853
Prix :

10,00 3,00

49 en stock

Description :

Fin de stock soldée

Edition bilingue
Gil Vicente (1465? -1537) est le plus grand dramaturge portugais. Écrivant en portugais et en espagnol, il est considéré, avec Juan del Encina (1468? -1533), comme un des pères du théâtre ibérique. Responsable des fêtes et des spec­­tacles à la cour de Portugal, il a fait représenter, de 1502 à 1536, une qua­rantaine de pièces, d’une extrême variété d’inspiration: on y trouve à la fois des mystères religieux, des comédies romanesques et des farces populaires.


Dans la Plainte de Maria la Noiraude (1522), il met en scène une ivrognesse qui se lamente de ne plus trouver de vin dans les tavernes de Lisbonne. Elle parcourt les rues populaires de la ville en suppliant les tenanciers et les tenancières de lui donner à boire à crédit. C’est en vain: tous la rabrouent. Maria va donc mourir de soif. Mais auparavant elle fait son testament, un testament burlesque à la gloire du vin et des buveurs.


«Plus me plaît l’âne que je monte que le cheval qui me démonte.» Dans la Farce d’Inês Pereira (1523) une fille simple et casanière rêve de mariage avec un homme fin et séducteur. Après avoir repoussé un paysan lourdaud et inculte, elle épouse un bel écuyer présenté par deux juifs. Le mariage se révèle un désastre, mais fort heureusement le mari tyrannique est bientôt piteusement tué au Maroc. Elle convole aussitôt avec le paysan, mais le trompe vite avec un de ses anciens amis devenu ermite.

 


Et aussi...