Histoire de l’Angola de 1820 à nos jours

Traduction : Gérard Siary
Editeur : Chandeigne
Nombre de pages : 296
Date de parution : 2019
Langue : français
ISBN : 9782367321608
Prix :

21,00

7 en stock

Description :

Cette histoire de l’Angola, du célèbre africaniste David Birmingham, commence en 1820 alors que le Portugal tente de créer un troisième empire, africain, après la perte des empires d’Asie et d’Amérique. Au XIXe siècle, la ressource la plus précieuse extraite de l‘Angola était la main-d‘oeuvre, d‘abord exploitée en tant qu‘esclaves et ensuite en tant qu‘employés conscrits. La colonie angolaise était dirigée par des officiers de marine nommés par Lisbonne, plusieurs centaines de prisonniers politiques blancs et quelques milliers d’Angolais noirs ayant adopté la langue et la culture portugaises. Le centre de ce « nouvel empire » était la ville portuaire de Luanda qui s’est développée pour devenir une métropole dynamique de plusieurs millions d’habitants.

L‘exportation de main-d‘oeuvre a été progressivement remplacée par l’exploitation des travailleurs angolais noirs pour produire de la canne à sucre, du coton, du maïs et surtout du café au sein de la colonie vers laquelle avait afflué un grand nombre d’immigrants portugais blanc en quête de fortune ou meilleure vie.

Au XXe siècle, cette richesse a été complétée par le cuivre du Congo, les diamants et le pétrole off-shore. Bien qu‘une grande partie du pays ait conservé une économie paysanne à un dollar par jour, ces nouvelles richesses ont généré des conflits qui ont opposé le blanc au noir, le nord contre le sud, la côte aux hautes terres, les alliés américains aux alliés russes. L’Angola a été un des derniers pays d’Afrique a devenir indépendant (1975). La génération de la guerre a finalement pris fin en 2002 lorsque la reconstruction nationale a pu commencer sur les fondations coloniales portugaises.


Et aussi...