Chronique des Indiens Guayaki

Auteur :
Editeur : Pocket
Nombre de pages : 288
Date de parution : 1996
Langue : français
Prix :

8,30

Description :

On les appelle Guayaki, "Rats féroces". Eux-mêmes, ils se dénomment Aché, les Personnes. Silencieux et invisibles, ils parcourent encore leur domaine ancestral, la forêt tropicale qui couvre en grande partie l’est du Paraguay. C’est ce qui leur a permis d’échapper si longtemps au sort commun de leurs voisins sédentaires : apparitions des Blancs, esclavage, mort, disparition. Car les Guayaki, à la différence de la plupart des tribus indiennes d’Amérique du Sud, sont des nomades chasseurs-collecteurs, sans villages fixes, poursuivant inlassablement le gibier nourricier.

Tels sont les héros de ce livre, chronique de leur vie quotidienne. Un an de séjour chez ces indiens a permis à l’auteur d’accéder au plus intime de leur existence… Jours et nuits passés dans les campements, incidents et anecdotes cocasses ou tragiques tracent peu à peu le portrait de ces nomades, paillards quand ils le peuvent, graves lorsqu’il le faut. Aussi quotidienne qu’ailleurs, leur vie ne se réduit pas néanmoins au flux répété du jour le jour. Il y a de la différence : fêtes du miel et celles de l’amour, les scissions et les conflits au sein des bandes. Les meurtres et les sacrifices. Il faut en outre lutter sans cessez contre les morts en recourant à l’anthropophagie. Les Guayaki ne se libèrent-ils pas de leurs défunts en les mangeant ? La lecture de ce texte n’est pas toujours paisible. A la plus délicate des douceurs succède une implacable cruauté.

Cette culture aujourd’hui disparue repose sur la fidélité des Indiens à leurs anciens rites et, au-delà, aux mythes de leur origine et de leur destin, qui suscitent en nous d’étranges échos. De sorte que se rejoignent les deux extrêmes, le vécu le plus humble, la pensée la plus riche.

Ce livre est une chronique qui n’esquive aucun des problèmes que pose à l’ethnologie cette population indienne. De l’écologie très particulière d’une société de chasseurs à la logique la plus secrète de leur pensée, de sa chefferie à l’inversion sexuelle, c’est le tout d’un univers culturel inconnu qui se révèle ici.


Et aussi...