La terre aux fruits d’or [São Jorge dos Ilhéus]

Auteur :
Traduction : Isabel Meyrelles
Editeur : Folio
Nombre de pages : 504
Date de parution : 2007
Langue : français
Prix :

8,60

1 en stock

Description :

Jorge Amado s'est réfugié en Argentine. Il rentre au Brésil seulement en 1942, mais, de nouveau, arrêté il reste trois mois en prison à Rio de Janeiro. La police l'autorise à retourner vivre à Salvador, où il écrit Les terre du bout du monde et La terre aux fruits d'or (Serara Vermelha) publiés respectivement en 1943 et 1944. En y regardant bien, ces deux œuvres suggèrent un ensemble. Ce sont deux livres assortis par leurs thèmes et les problèmes qu'ils abordent. Romans complémentaires si l'on peut dire, ils traîtent des terres vierges conquises par le travail agricole et la formation de la société du cacao, qui transforment de façon radicale une région jusqu'alors économiquement et culturellement insignifiante. C'est l'univers de Ramiro Bastos et Juca Badaró, du sorcier Jeremias, du noir Damião, des avocats de l'intérieur du pays, des mercenaires et des prostituées. Monde violent, à la fois riche et misérable, paradis de ceux que l'on appelle « les colonels du cacao », enfer des paysans transpirants et vêtus de lambeaux. Mais il existe une différence entre les deux romans. Les terre du bout du monde  thématisent les premiers temps de la région, les luttes sanguinaires autour de la légitimité de la propriété. La terre aux fruits d'or, quant à lui, se concentre sur une époque plus tardive, quand les petites villes s'urbanisent, que la production explose, et que l'exportation connaît ses heures de gloire.

 

Extrait de :
www.jorgeamado.org.br/fran/obras_jorge/sao_jorge2.htm

 


Et aussi...